vendredi 8 juin 2018

Mon chien a peur de l’orage et des pétards… Aidez-le avec Zylkène

 Mon chien a peur de l’orage et des pétards… Aidez-le avec Zylkène

Certains chiens sont terrifiés par les bruits forts de pétards ou par l’orage, a priori sans aucune raison évidente, et depuis toujours… D’autres le deviennent après un événement que l’on suppose traumatisant et qui l’a probablement été. Pourquoi certains et pas d’autres ? Est-ce définitif ? Comment les aider ? En pleine période d’orages et à l’approche du 14 juillet, Dogteur vous explique comment y remédier...


Le chien craintif est plus sensible aux pétards et aux orages

Cela vous parait évident ? A nous aussi, mais surprise, il y a aussi quelques chiens craintifs qui ne réagissent pas à ces événements. Malheureusement, comme chez nous, entre crainte, peur et phobie, il y a des différences. La phobie est quelque chose d’incontrôlable et d’irraisonné handicapant l’animal et il faut parfois l’aide d’un médicament le temps de l’aider à en sortir.

Mais ce n’est pas irréversible ! 

Le chien craintif peut faire des progrès ! L’astuce est de ne pas le contraindre à subir l’élément stressant. Parfois il faut accompagner les premiers exercices d’amélioration avec un traitement médicamenteux. Le vétérinaire comportementaliste est à même de vous prescrire le médicament le plus adapté à votre animal et à ce qu’il appelle son « tableau clinique » : c’est-à-dire tous les signes que montre votre chien en situation de peur, et également ceux qu’il montre en dehors de ces situations même s’ils n’ont pas l’air d’y être associés.

La comorbidité (c’est-à-dire l’existence de plusieurs affections en même temps) n’est pas la norme. Le chien phobique de l’orage ou des pétards n’a pas forcément une maladie comportementale dont les symptômes sont aussi des signes phobiques, comme par exemple des troubles du développement déficitaires (syndrome de privation sensorielle ou syndrome du chenil = développement dans un milieu pauvre en stimulations). Les possibilités sont multiples, la consultation comportementale est donc parfois nécessaire.


Les produits (non médicamenteux) qui peuvent l’aider à se sentir mieux

Néanmoins, avant d’en arriver là, vous pouvez essayer de le détendre avec d’autres outils comme le Zylkène. Il existe en gélules et maintenant aussi en bouchées friandises : c’est un « nutraceutique », c’est-à-dire un complément alimentaire qui contient de l'α-casozépine, un peptide (élément formé d’acides aminés) issu d'une protéine de lait, 100% d'origine naturelle.


 Zylkène Classic      Zylkène Chews

     
        
Il peut être donné sans risque (ne provoque pas d’allergies ou d’intolérances) et de manière ponctuelle afin d'aider votre chien pendant quelques jours à surmonter une situation stressante. La météo étant de plus en plus exacte, cela vous permet de prévoir et de donner les bouchées deux jours avant, pour réduire ou contribuer à faire disparaître les manifestations phobiques.

Le Zylkène est parfois administré de manière prolongée sur le conseil du vétérinaire (en général pendant 1 à 3 mois) dans le cas de manifestations plus fréquentes ou en complément d’autres produits si votre animal est phobique. Et comme ces bouchées ressemblent à des friandises, rien de plus facile pour le lui donner !


 Zylkène, concentré de sérénité


Que faire au moment critique ?

SURTOUT RIEN !

Ne le caressez pas, ne lui parlez pas, n’essayez pas de le rassurer, ne lui donnez pas de friandises non plus à ce moment précis, même si c’est très difficile de rester sans réaction vis-à-vis de votre chien quand il va mal. Le caresser serait une façon de marquer l’événement comme quelque chose d’important ou de récompenser (d’autant plus avec des friandises) de ce qu’il est en train de faire… donc l’inverse de ce que vous voulez !

Laissez-le se réfugier à l’endroit qu’il aura choisi : en général loin du bruit, donc loin des fenêtres quand il est à l’intérieur. La plupart cherchent à rentrer dans la maison même s’ils ne rentrent jamais d’habitude ou à aller dans la chambre où vous dormez même s’ils n’y vont jamais en temps normal.

Laissez-le venir à côté de vous sans rien manifester, votre contact est un élément rassurant, pas votre caresse…

Si votre chien fait des dégâts ou se mets à hurler, se blesse en voulant franchir une porte, une clôture (etc) il faut consulter un vétérinaire qui pourra évaluer le stress les techniques à employer et prescrire un médicament.

Comment anticiper et le guérir ?

Il s’agira de banaliser les différents bruits pour votre animal, pour qu’il n’y réagisse plus, et cela en prenant le temps qui lui sera nécessaire.

Vous pouvez utiliser des bruits de fond d’orage (facilement disponibles sur internet) et les lui faire entendre progressivement de plus en plus fort en commençant par le niveau qu’il tolère et surtout en le laissant libre de ses réactions. Ces bruits d’orage ne sont pas toujours suffisants pour faire disparaître la peur de l’orage : il leur manque en effet les variations atmosphériques, parfaitement perceptibles pour notre carnivore favori. C’est donc parfois difficile d’obtenir un résultat parfait. Cependant, la phase finale peut être d’ouvrir votre porte (en maison) ou votre fenêtre (en appartement) et d’aller sur le seuil ou à la fenêtre sans vous occuper de lui.

Pour les pétards c’est plus facile. Les bruitages sont très proches de la réalité. Les bruits de feux d’artifices sont assez réalistes et efficaces. De la même façon, que pour les bruits d’orage, passez-lui à faible intensité pour commencer. Vous pouvez également avoir l’effet lumineux (vidéos) en lui passant le film sur un écran et dans la pénombre.

Évitez de vous servir d’un aliment lors de ces exercices, sauf à mettre une friandise proche de la source sonore une fois qu’il y est bien habitué pour le motiver à venir au plus près de ce qui lui faisait peur.


Le cas des fausses peurs

Un chien qui aboie furieusement lors de feux d’artifice ou d’orages en allant vers la porte ou les fenêtres est rarement un chien phobique mais plutôt un chien que ces bruits dérangent ! Là encore ne renforcez pas ce comportement en y répondant. Ignorez-le, et si cela ne disparaît pas, parlez-en à votre vétérinaire, il faudra peut-être faire un bilan plus complet de ses comportements…


 Zylkène Chews


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire