vendredi 19 octobre 2018

Comment renforcer ses défenses immunitaires avant l’hiver ?

 Comment renforcer ses défenses immunitaires avant l’hiver ?

L’immunité qu’est-ce que c’est ? 

L’immunité est la capacité de l’organisme à se défendre contre les attaques d’agents infectieux comme par exemple des virus, des bactéries, ou de tout élément étranger (toxique ou pas) menaçant son bon fonctionnement. 

Dans le langage courant, ce terme est utilisé pour définir l’ensemble des défenses, en général acquises lors des vaccinations et le maintien d’une bonne santé physique. 


Comment ça marche ? 

Les éléments étrangers qui pénètrent dans l’organisme sont détectés, puis éliminés ou détruits et parfois mémorisés. 

Pour cela il y a plusieurs systèmes impliqués : 
  • Des défenses mécaniques : comme la barrière cutanée et, de manière interne, les muqueuses (du tube digestif notamment), Avec des systèmes de « chasse » ou d’évacuation comme les éternuements ou les larmes. 
  • Des défenses physiologiques comme avec les cellules phagocytaires (macrophages) et plus généralement les mécanismes liés à une réponse immunitaire inflammatoire (récepteurs du complexe majeur d’histocompatibilité), et enfin, plus spécifiquement, les lymphocytes (qui tuent les agents pathogènes, assistent les macrophages, produisent les anticorps…et mémorisent les dangers).

Cette immunité peut être acquise fortuitement (à l’occasion d’une maladie) ou volontairement par la vaccination. 

jeudi 18 octobre 2018

Vrai ou Faux : Testez vos connaissances sur les poules

 Vrai ou Faux sur les poules

1. La poule a besoin d’un coq pour faire un œuf 
1. FAUX - Et non, la poule « ovule » chaque jour où elle fait son œuf, c’est indépendant de la présence du coq. Chaque poule a un stock d’ovules qu’elle va pondre plus ou moins rapidement ; les poules pondeuses hybrides que l’on trouve facilement vont pondre presque tous les jours les deux premières années puis la fréquence diminuera. Les poules de race vont pondre moins mais plus longtemps en général.

> Lire notre article : La ponte de vos poules baisse : les points à contrôler

2. Si j’ai une poule, j’aurai des poussins
2. FAUX - Là il s’agit de reproduction et bien sûr la présence du coq est indispensable pour la fécondation ! En général, on compte un coq pour 5 à 6 poules.

> Lire notre article : Ma poule a fait un œuf, aurons-nous un poussin ?

3. Il est interdit d’avoir des poules dans son jardin 
3. FAUX - Sauf à avoir des mentions particulières dans votre lotissement, à vérifier sur votre acte de propriété, on ne peut vous interdire d’élever quelques poules. Par contre, en ville, on peut vous interdire la présence d’un coq à cause des nuisances sonores. Il est préférable de se renseigner à la mairie. Reconnaissons qu’avoir un coq en ville n’est pas très courtois pour nos voisins et n’améliore pas les relations de voisinage..

> Lire notre article : Adopter une poule : que dit la loi ? 

La vieillesse chez les chevaux

 La vieillesse chez les chevaux

Nos vieux papis-mamies à la retraite entament un autre hiver. Au pré avec un abris, au pré-box (pré la journée, box la nuit), quel que soit leur mode de vie, ils coulent des jours tranquilles, qui doivent être compatibles avec leur bien-être.

Au pré, on évite de mélanger des jeunes plus remuants et dominants qui risquent d’ennuyer les vieux

L’âge des chevaux

On dit généralement qu’il faut multiplier par 3 l’âge d’un cheval pour obtenir son équivalence en âge humain, ce qui est très approximatif.

La notion de « vieux cheval » est en réalité assez subjective. Certaines races, certains individus, vieillissent plus ou moins vite. Les races rustiques, comme par exemple les poneys, les camargues, les chevaux de trait, vieillissent moins vite que les pur-sangs.

Le record de longévité est détenu par le bien nommé Old Billy, mort à 62 ans, mais l’espérance de vie est plus souvent voisine de 25-30 ans.

L’âge de la mise à la retraite varie selon la vie active du cheval, et selon son évolution physique. Certains sont vieux à 16 ans, quand d’autres, au même âge, continue leur carrière sportive à haut niveau. Tout est fonction de facteurs multiples, allant de l’héritage génétique, à l’alimentation, les soins, l’environnement….