lundi 20 juin 2016

Tout savoir sur le coup de chaleur chez le chat

[MAJ 13.06.2018]

L’été approche et le risque de subir des hausses de température augmente !

Quand il fait chaud, vous transpirez, mais votre chat ne peut pas transpirer lui, ou presque pas. Le nombre de glandes sudoripares qu’il possède est très réduit… et limité au niveau des coussinets plantaires, la quantité de sueur qu’elles génèrent n’est pas suffisante pour le de le refroidir.

C’est notamment lorsqu’il est enfermé dans une voiture que votre chat peut risquer sa vie… Soyez vigilants.


Qu’est-ce-que le coup de chaleur ?

C’est une forme d’hyperthermie (température supérieure à 40,5°C) alors que la température normale du chat est en moyenne de 38,5°C (entre 38°C et 39,2°C).

Elle survient lorsque les capacités de régulation thermique de l’animal sont dépassées ou ne sont plus fonctionnelles… Par exemple lorsque la régulation de la température interne par le halètement n’est pas suffisant.


Quand votre chat risque-t-il un coup de chaleur ?

Il se produit généralement en été, ou lors d’un séjour prolongé dans un endroit surchauffé, ou humide et mal ventilé comme la voiture...


Comment votre chat régule-t-il sa température quand il a chaud ?

Comme votre chat transpire peu, d’autres mécanismes existent pour permettre au corps de perdre de la chaleur : ce sont l’évaporation d’eau (transpiration) et les échanges de chaleur avec l’extérieur du corps par contact direct (sol, objets), indirect (radiation vers les objets) ou avec l’air ambiant (lorsqu’il n’est pas lui même la source de l’hyperthermie).

On observe que :
  • La fréquence respiratoire augmente et permet l’évaporation d’eau autrement que par la transpiration.
  • Le chat cherche (quand il le peut) à se coucher sur une surface fraîche, ce qui permet une perte de chaleur par contact direct ou conduction.
  • Il se produit aussi une vasodilation périphérique, c’est à dire une augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins de la périphérie du corps: la peau apparaît plus rouge.

Quand ces mécanismes ne suffisent pas, le coup de chaleur apparaît.


Quels sont les chats les plus en danger ?

Un gros Persan 20 minutes dans votre voiture !

Ce sont les chats brachycéphales âgés et obèses au pelage sombre, par exemple un gros Persan de 10 ans, qui passe un moment dans le coffre de la voiture à l'arrêt, sans eau, pendant que ses propriétaires s’installent dans leur logement de vacances début juillet, dans une région ensoleillée…

En effet :
  • Les races brachycéphales, c’est à dire dont la face est aplatie, les Persans, l’Exotic shorthair, le British shorthair, l’Himalayen… ont une ventilation respiratoire moins efficace.
  • L’animal âgé s’adapte moins bien aux changements de température et l’obésité limite la perte de chaleur corporelle.
  • Votre chat s’adapte également moins bien à l’augmentation de température ambiante le premier jour du séjour : il va mettre environ une semaine à s’acclimater.
  • Une étude américaine a montré que la température intérieure d’une voiture garée à l’ombre atteint 49°C en une demi-heure à une heure et demi s’il fait 29°C. La température des carnivores enfermés dans cette voiture peut monter à 42°C en 20 minutes si le taux d’humidité est important. Le risque de mortalité est d’un cas sur deux après 50 minutes dans ces conditions !


Quels sont les signes à rechercher ?

Votre chat halète, respire fortement, il est déshydraté (ses muqueuses sont collantes et si vous pincez sa peau le pli que vous avez créé persiste),

On vérifie que les commémoratifs (= les circonstances d’apparition) sont cohérents avec un coup de chaleur : un séjour dans une voiture au soleil notamment.

Quand l’état de votre chat s’aggrave, ses muqueuses passent de rouge à cyanosées (bleues) ou pâlissent, il se couche sur le côté, des vomissements ou diarrhées peuvent apparaître, son pouls est faible, des convulsions ou un coma sont les derniers événement à se produire avant le décès.


Que se passe-t-il dans l’organisme ?

Si l’hyperthermie dure trop longtemps, votre chat peut souffrir d’une acidose métabolique c’est à dire d’une production importante d’un acide dans le sang (dans le cas du coup de chaleur il s’agit de l’acide lactique) qui engendre des lésions dans de nombreux organes (cœur et vaisseaux, rein, foie, muscles, tube digestif et cerveau) expliquant les symptômes observés, puis la mort.


Que faire en cas de coup de chaleur ?

L’urgence est de faire baisser la température de votre chat, par tous les moyens efficaces.

Vous pouvez déjà le mettre à l’ombre et/ou le placer devant un ventilateur.

Il faut surtout le mouiller avec un gant de toilette, une serviette ou directement sous un jet d’eau tiède au départ plutôt que froid. En effet, il faut faire attention à ne pas faire baisser la température trop violemment (éviter le bain dans l’eau glacée) car la production de frisson consomme de l’énergie (et produit donc de la chaleur interne) et la vasoconstriction périphérique limite les échanges thermiques qui permettraient les pertes de chaleur.

L’idéal est d’obtenir le retour à une température de 39°C en une demi-heure à une heure.


Quand aller en urgence chez le vétérinaire ?

  • Lorsque ces techniques ne montrent pas d’amélioration rapide de l’état de votre chat.
  • Quand les symptômes vous paraissent trop graves (vomissements, prostration, convulsions…)
  • Quand sa température atteint ou dépasse 40,5°C.


Que fera-t-il de plus que vous ?

Il sera à même de traiter l’état de choc et de sauver votre chat.

Les techniques employées sont en général :
  • La lutte contre la déshydratation et la baisse de la température interne par la mise en place d’une perfusion (la quantité, la qualité et la vitesse de perfusion seront réglées en fonction du bilan électrolytique et de l’état de l’animal)
  • L’oxygénothérapie au masque (en fonction de l’état des tissus et si l’on observe des muqueuses cyanosées)
  • Le traitement au cas par cas des complications

Le pronostic est sombre car le taux de mortalité est maximal dans les premières 48h.

Le pronostic est réservé pendant 72h et bon si l’on agit rapidement et surtout si les symptômes régressent rapidement après avoir mouillé l’animal.


Le saviez-vous ?

L’hyperthermie du coup de chaleur n’est pas identique à un syndrome fébrile (fièvre) pour lequel les fonctions de régulation sont fonctionnelles et qui a une autre origine. Dans le cas d’une fièvre, c’est un agent dit « pyrogène » c’est à dire qui élève la température, qui est impliqué, souvent un agent infectieux. L’organisme, en luttant contre l’infection, secrète des substances qui stimulent l’hypothalamus responsable de la régulation interne de la température. Celui-ci augmente alors la température corporelle et on observe de la « fièvre ».

Les antipyrétiques (aspirine et autres anti-inflammatoires non stéroidiens type ibuprofène ou piroxicam) n’ont aucun intérêt et sont même contre-indiqués car ils peuvent aggraver l’état de votre animal et générer des complications graves (atteintes digestives et troubles de la coagulation).


En prévention ?

Pour prévenir des coups de chaleur, mettez de l'eau à disposition de votre animal tout au long de la journée et de la nuit.

Vous pouvez aussi lui fournir un tapis rafraîchissant tel que :



Muriel ALNOT, vétérinaire pour Le Groupe La Compagnie des Animaux

1 commentaire:

  1. Personnellement, ja sais tout ce qui est très bien expliqué, mais il est bon de le redire pour les personnes qui ne savent pas. Quand il fait tès chaud, en plus des bols d'eau de la cuisine et du séjour, je mets a disposition, en plus, un bol d'eau dans ma chambre sur un trajet que mes 3 chats empruntent sans arrêt

    RépondreSupprimer